• Praticien hospitalier

Le recrutement des consultations d’ORL phoniatrie de la MGEN nous permet de constater qu’il y a de plus en plus de problèmes vocaux chez les jeunes enseignants voire même chez les jeunes stagiaires avec une méconnaissance de leur outil vocal et une recrudescence des accidents vocaux.Le coût induit par la pathologie vocale des enseignants est non négligeable et s’accompagne souvent d’arrêts de travail prolongés.Une méthode de prévention des accidents vocaux a été élaborée par Monsieur AMORETTI qui a pu mettre en application sa méthode depuis plusieurs années avec des petits groupes de travail.»

Docteur CREVIER-BUCHAMN, Praticien Hospitalier, ORL-Phoniatre, Paris, mai 2004.


  • Ancien chef de clinique des hôpitaux de Paris

En tant que médecin ORL travaillant au sein d’un centre de santé de la MGEN, je suis fréquemment en contact avec des patients victimes de déficience vocale dans le cadre de leur profession. Ceci entraîne une très grande quantité d’accidents du travail, parfois longs (il est en effet, comme en matière de traumatologie du sport, souvent impossible d’avoir un résultat positif sans repos vocal total). Le coût humain (enseignant déstabilisés … classes désorganisées) et financier (d’ailleurs non chiffré par l’Education Nationale) est considérable»… «Tous les intervenants de santé voient combien les difficultés vocales sont une source de stress, de pathologies et d’arrêts de travail parfois prolongés des enseignants… Seule une prévention peut changer le cours des choses. Une technique, développée par Monsieur AMORETTI permet ce travail préventif… cette technique a été déjà appliquée avec succès clinique chez de nombreuses personnes et doit être naturellement validée.

Docteur Bertrand GEOFFRAY, ancien chef de clinique des hôpitaux de Paris, juin 2002, juin 2003 et février 2004


  • Médecin de prévention de l’Académie de Nice (lettre au Chef de Cabinet du Ministre de l’Education Nationale)

«…concernant le projet de prévention de la dysphonie présenté par Monsieur AMORETTI … son intérêt est particulièrement prioritaire dans le cadre des I.U.F.M…. il me paraît hautement souhaitable d’y donner suite.

Docteur Max HIZER, lettre au Chef de Cabinet du Ministre de l’Education Nationale, juin 2002.


  • Médecin de prévention de l’Académie de Paris

Je suis votre activité depuis que j’ai pris mes fonctions dans l’Académie de Paris et elle m’a toujours semblé indispensable… A la suite de votre lettre du 10 juillet 1993, j’ai l’honneur de vous faire savoir que je suis extrêmement favorable à des actions de prévention de la dysphonie en milieu enseignant. Cela éviterait probablement de très nombreux congés maladie liés à une mauvaise utilisation de la voix.

Docteur Marie-Hélène GIBERT, médecin de prévention de l’Académie de Paris, juillet 1993 et mars 1999.


Sals'opera et autres

CD SAls opera

Emission chez Y. Calvi

Projet pour l'Ecole

Extraits de son livre

Devenir partenaire

Rapport au ministre